Les démarches à faire avant de partir…

Quand on part travailler à l’étranger pendant un an, et a fortiori quand on part aux États-Unis, on n’y va pas les mains dans les poches. Il y a des dossiers à remplir, des demandes à faire, des rendez-vous etc… Et même si tout est fait dans les règles de l’art, vous pouvez toujours avoir des problèmes pour des raisons pour le moins aléatoires et arbitraires. Genre si votre nom ne sonne pas assez européen, votre visa peut ne pas prendre 2/3 jours à arriver mais plutôt 4 semaines. D’où ce billet, qui servira sûrement un jour à quelqu’un, vu comment RJ et moi (enfin, surtout RJ, mais bon) avons galéré pour rassembler ces infos à gauche et à droite. C’est parti pour un roman !

Le visa

Tout commence quand le futur employeur confirme à l’étudiant, appelons-le Roger, qu’il est pris pour le stage. Le plus important, le clou du départ, c’est l’obtention d’un visa. Dans le cas d’un stage, le nom exact est Exchange Visitor Visa, ou J-1 Visa. Le visa est une autorisation d’entrer sur le territoire américain, délivré par l’administration US. Pour l’obtenir, il faut faire une candidature, non pas auprès de l’État américain mais d’un sponsor, un intermédiaire qui s’occupera de tout pour Roger une fois que ce dernier aura rempli un dossier et fourni quelques papiers.

Ce sponsor, pour les français (entre autres), c’est la CIEE. Mais en France, le plus simple est de passer par Parenthèse, une petite boîte qui va faire toutes les démarches auprès de la CIEE et des américains. L’avantage de passer par Parenthèse, c’est qu’ils ont l’habitude de s’occuper de demandes de visa, ils connaissent les mécanismes et (surtout) des gens. Autrement dit, le délai d’obtention du visa est beaucoup plus court quand vous leur confiez. Selon la formule que vous choisissez, le prix à payer augmente, mais le délai diminue ; pour exemple, la formule « je suis vraiment à la bourre » coûte une blinde (ça se compte en milliers d’euros) mais vous avez votre visa en une semaine – si tout se passe bien, évidemment.

La première étape est de remplir un dossier de candidature, fourni par Parenthèse. Ce dossier vous sert à obtenir un certificat d’éligibilité, le DS 2019. C’est un document clé pour la suite. La plupart des papiers du dossier sont à remplir vous-mêmes, mais certains sont à compléter par votre école (certificat d’aptitude en anglais, etc) ou par votre employeur (détails sur le stage, le superviseur, l’entreprise, etc). Une fois le dossier rempli, il faut l’imprimer et l’envoyer par la Poste à Parenthèse, à Paris. Ce dossier se remplit rapidement sans soucis, et il faut y joindre une photocopie de votre passeport et de votre CV (ou alors remplir certaines pages qui font alors office de CV). Un conseil : faites-le dès que vous avez la confirmation que vous êtes pris ! Même si Parenthèse vous assure qu’une fois rempli, vous avez votre visa dans les 3 semaines – ce qui est normalement le cas -, plus vous avez de marge, mieux c’est. Tout simplement parce que si, dans les trois dernières générations de votre famille, il y a eu un Mohammed (ou un Vladimir, peut-être), les 3 semaines peuvent devenir 8… et ni vous ni Parenthèse n’y pourront rien. Et le fait que vous soyiez français de parents français ne comptera probablement pas ! Morale de l’histoire : faites ça le plus vite possible pour être tranquilles.

Une fois le dossier reçu par Parenthèse et envoyé par ces derniers à la CIEE, vous devez prendre rendez-vous avec l’ambassade américaine, à Paris. Pas n’importe quand ! Parenthèse vous enverra un mail pour vous dire quand votre DS 2019 sera prêt. Comme vous aurez besoin de ce document lors de votre rendez-vous à l’ambassade, prenez la date du mail, ajoutez un jour ou deux si vous avez le temps et voulez vous laisser une marge (on ne sait jamais), et prenez rendez-vous sur le site dédié. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous par téléphone, mais cela coûte plus cher. Car oui, évidemment, le rendez-vous est payant. Environ 14 euros. Gardez bien votre numéro de confirmation de rendez-vous, on peut vous le demander pour vous accorder accès à l’ambassade (même si en vrai, ils regardent juste votre nom). Quant au DS 2019, il arrivera là où vous voulez : vous pouvez donner une adresse postale et le recevoir chez vous, ou demander à Parenthèse de le garder dans leurs locaux à Paris pour passer le chercher quelques jours avant votre rendez-vous.

Avant d’arriver à votre rendez-vous, vous devrez réunir quelques documents et effectuer deux tâches en ligne. D’abord, une « online orientation » sur le site de la CIEE, dont l’adresse vous sera communiquée par mail. Cette « orientation » est en fait une série de courtes vidéos vous donnant pas mal d’informations sur le voyage, la vie aux USA, les taxes que vous aurez à payer, etc… Ces infos étant également données sur papier, en version plus détaillée, en même temps que votre DS 2019. Ensuite, une fois que vous avez votre DS 2019 (ou au moins son numéro, qui vous est communiqué par mail dès sa réception par Parenthèse), vous devez remplir en ligne un nouveau document, le DS 160. Ce document, du Department of Homeland Security, consiste en une longue série de questions du genre « êtes-vous un expert en explosifs », « comptez-vous vous livrer à des actes de terrorisme sur le sol américain », et autres « avez-vous déjà commis des fraudes électorales sur le sol américain ». Il vous faudra uploader une photo de vous en .jpeg (pas la peine d’aller voir un photographe certifié, les conditions à remplir sont plus souples qu’en France, ce qui n’est pas bien compliqué) et donner les coordonnées de deux contacts n’étant pas de votre famille pouvant, si besoin, confirmer vos réponses aux questions évoquées précédemment.

Pour ce qui est des documents à avoir avec soi le jour du rendez-vous, il faut :

  • le DS 2019, ainsi que la confirmation imprimée que vous avez rempli votre DS 160 en ligne ;
  • votre passeport ainsi qu’une autre pièce d’identité ;
  • une copie du dossier de candidature envoyé à Parenthèse au début. Vous pouvez en demander une à Parenthèse par mail, heureusement ;
  • Un virement par mandat-compte de 115€ sur le compte du consulat américain (frais de visa). Cela se fait à la Poste, vous amenez des espèces, vous remplissez un papier et vous gardez la copie carbone du virement, que vous devrez donner à l’ambassade ;
  • une enveloppe chronopost avec en adresse d’expéditeur, celle du consulat, et en destinataire, l’adresse où vous voulez recevoir votre visa. Gardez la référence de l’enveloppe si vous voulez savoir où elle en est ;
  • et enfin, une preuve d’attache en France, ie une photocopie des pages de votre livret de famille concernant vos parents et vous ;
  • Deux photos d’identité qu’ils ne regarderont probablement pas, mais c’est demandé donc on ne sait jamais.

Le jour du rendez-vous, ayez un petit quart d’heure d’avance histoire de passer tous les checkpoints pour pouvoir entrer dans l’ambassade, qui ressemblent un peu à ceux des aéroports, prenez un ticket et attendez votre tour. Ça se fait en deux fois, et à la fin vous repartez sans votre enveloppe chronopost, votre passeport et quelques uns des documents qu’il fallait amener. Les autres n’auront servi à rien, mais bon, autant ne pas prendre le risque de se faire refuser son visa pour un dossier incomplet.

À partir de ce jour, si la personne de l’ambassade vous a dit qu’elle vous accordait votre visa, deux cas de figure. Soit votre nom est Roger, et le visa arrive en 2 à 4 jours. Soit votre nom (ou celui d’un de vos parents) n’a pas grâce à certaines oreilles anglosaxonnes et votre visa mettra entre 4 et 6 semaines à arriver. Si vous avez pris de la marge, ça devrait passer ! Sinon, comme RJ, vous avez les boules et de grandes chances de rater le début du stage :p

Visa américain

Le visa de la soeur de Roger.

Le voyage

À partir du moment où vous avez la confirmation que votre visa vous est accordé, vous pouvez réserver votre billet d’avion. Si vous avez pris assez de marge, il doit rester des places dans pas mal de compagnies… Parenthèse a un partenariat avec Travel Voyages, mais vous pouvez trouver moins cher ailleurs quand même. Selon où vous allez, il peut y avoir des vols directs ou pas. Les vols avec escale sont beaucoup plus longs et moins chers, évidemment. Pour donner une idée, mon vol (le moins cher que RJ ait trouvé, même s’il le prendra probablement pas du coup !) coûte 1130€. Et ça peut monter à 2500€ voire plus… Petite astuce : les allers-retours coûtent moins cher. C’est étrange, mais un vol Paris -> LA coûtera plus cher que le même vol plus un billet de retour. Du coup, l’idée est de prendre en aller le vol que vous voulez, et en retour le moins cher possible. En effet, le délai maximum entre aller et retour est un an pile… Du coup, si vous prenez un peu de marge avant le début du stage et surtout de petites vacances (genre road trip) à la fin, et que le stage dure un an (ce qui est le cas général), le retour ne vous servira à rien.

Le logement

Pas facile de chercher un logement à l’autre bout du monde ! Pour les États-Unis, voire Amérique du Nord en général, utilisez craigslist. C’est vraiment utile et bien foutu, et il y a pas que des logements, soit dit en passant, mais vraiment de tout. En revanche, il y a en général deux moyens de contacter l’auteur d’une annonce : une adresse mail et un numéro de téléphone. Et quand un américain ayant posté une annonce reçoit un mail d’une personne se disant française, apparemment il pense avant tout à un spam ou une arnaque. Donc si vous voulez trouver par Craigslist, privilégiez le téléphone… Ou alors venez tôt sur le sol américain et ne dites pas que vous êtes français. De toute façon il s’en rendra compte quand vous viendrez visiter !

Divers : banque, téléphone, véhicules

Il reste plein de détails à régler ! D’abord, le compte en banque. Pour en ouvrir un aux USA, il faut un numéro de sécurité sociale aux USA, donc un logement là-bas. Autrement dit vous allez passer une semaine ou deux – ou plus – sans compte américain. Ce qui veut dire qu’à chaque retrait/paiement, vous allez prendre des frais de change plus divers frais dépendant de la banque où vous êtes en France… Une bonne idée est donc de se renseigner sur les offres des différentes banques. Point à garder en tête : payer un an (car il y a généralement un engagement minimal dun an pour les offres spéciales étranger) une offre spéciale en France est-il plus rentable que payer les frais de deux semaines de vie sans offre spéciale ? Personnellement j’ai choisi de partir sans offre spéciale. Si vous êtes un « vieux » client de votre banque, leur faire comprendre que vous êtes un futur riche ingénieur au parcours brillant (vous partez un an aux USA, quand même !) peut les amener à faire un « geste commercial » pour vous garder chez eux, aussi.

Autre détail : le téléphone. Il va vous falloir un abonnement chez un opérateur américain. Alors que faire en France ? Deux choix : résilier, si vous pouvez et voulez, ou appeler le service client, leur expliquer que vous partez pour vos études à l’étranger, et leur demander s’ils ont un forfait spécial dans ce cas. Bouygues télécom, par exemple, propose de ne payer que 7 euros par mois pendant un an. Ce qui vous permet de ne pas avoir à résilier et perdre vos éventuels points et autres avantages chez votre opérateur français.

Dernier détail, et non le moindre : le permis de conduire français tel quel suffit-il là où vous allez ? Vous pouvez trouver la réponse sur Internet. Si c’est non, vous pouvez convertir votre permis français en permis international. Pour cela, photocopiez recto-verso votre permis français, prenez deux photos d’identité identiques, un justificatif de domicile au cas où on vous le demande, et allez à la sous préfecture de là où vous vivez. On vous fera remplir un papier très court, et en unesemaine environ vous aurez votre permis international.

Voilà qui conclut ce roman chiant et inutile pour tous ceux qui ne partent pas à l’étranger ! Dernier conseil évident : si vous connaissez quelqu’un actuellement aux États-Unis, contactez-le pour, par exemple, lui racheter sa voiture, voir si vous ne pouvez pas reprendre son appart/sa coloc’, et pour des conseils.

Publicités
Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les démarches à faire avant de partir…

  1. Ping : Une semaine plus tard | Un an en Californie

  2. jdinnocenti dit :

    Petite précision maintenant que ça fait 4 mois que je vis aux US : le permis français comme le permis international ne valent rien ici. Vous avez le droit de conduire avec votre permis français pendant quelques temps (on m’a dit que c’était 3 mois pour les touristes, moins pour les stagiaires), et pendant ce temps il vous faut passer votre permis US dans l’Etat où vous êtes. C’est beaucoup plus facile qu’en France : moins d’attente, moins cher, et si vous l’avez déjà eu en France, ça se fait vite. De plus le permis sert aussi de carte d’identité et vous évite donc d’avoir à vous ballader avec votre passeport tout le temps – ce qui est une bonne chose en soi.

    • Pucci dit :

      Ah zut je pensais que le permis français marchait aux USA.. Bon c’est pas grave il faudra le repasser!!
      Bis à mon JD et mon RJ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s