Du quotidien californien quasi-brestois et de la rock star

Je vais prendre le titre à l’envers (pas de jeu de mots sale, je vous ai à l’oeil !) dans le billet. Tout d’abord, wow ! J’ai pas trop compris pourquoi, mais le dernier article a été relayé sur twitter par pas mal de monde (43 exactement, aux dernières nouvelles), et a dépassé les 400 lecteurs depuis. Le blog lui-même ayant dépassé les 500 visites depuis la parution du billet ! Me demandez pas comment quelqu’un a pu tomber dessus au début – à moins que dans mes 4 lecteurs réguliers se cache quelqu’un qui n’est pas de la famille/amis, et qui s’intéresse malgré tout à ma vie – mais en tout cas ma vague de rock-star-itude semble être passée. Le blog peut donc reprendre son rythme de croisière : des choses pas intéressantes sur moi et une moyenne de 2 visites par jour avec des pointes à 6 les jours de parution de billet 🙂 Mais ne croyez pas que les articles geeks soient finis, j’ai pas encore pas mal de choses à expliquer pour que vous puissiez comprendre un peu ce que vivent mes « congénères » et moi au quotidien. Je n’écrirai pas que ça, mais je vais quand même faire une série d’articles « dis papa… » – je trouve que ce début d’article va bien avec son but de vulgarisation 🙂 -, le but étant qu’après, je puisse lancer des vérités profondes (au hasard, « IE, c’est vraiment de la merde ! »), et que vous compreniez pourquoi je dis ça et ce que j’entends par là. Plus les gens auront de culture informatique générale – même basique -, moins les gens comme moi seront incompris (et donc plus il y aura de filles qui s’y intéresseront \o/) et surtout, moins des e-gnares pourront légiférer sur des sujets qui les dépassent sans que les gens ne réagissent face aux non-sens qu’ils débitent. Mais bon, je reviendrai là-dessus dans un prochain article.

Revenons un peu à ma trépidante vie, pour le lectorat originellement prévu pour mon blog (coucou maman, ça va ?). Le week-end dernier a été l’occasion d’aller voir The Social Network, le film sur la création de Facebook. Il est vraiment cool ! J’aime beaucoup l’acteur principal, Jesse Eisenberg, qui joue aussi dans le meilleur film de l’année dernière (selon moi), Zombieland (Bienvenue à Zombieland en français, les français ayant besoin de titres différents des V.O… et ridicules, si possible). Alors j’entends d’ici là les « oh pff, Facebook c’est pour les jeunes, moi le film va pas m’intéresser » (je te connais bien maman, hein !), mais c’est aussi une comédie sympa. Si, si. Mais bon, elle intéressera encore plus Monsieur F. entre deux exos de maths, c’est évident.

Là, le lecteur vif et observateur se demande « mais pourquoi parle-t-il de quotidien « quasi-brestois » dans le titre du billet ? », et l’auteur, manipulateur patenté qui avait tout anticipé, saute sur la question comme le loup saute à la gorge de l’agneau. Et bien tout simplement parce qu’il flotte. Enfin, aujourd’hui non, mais les 3 jours précédents, je suis sorti de chez moi le matin pour partir au boulot et l’extérieur m’a accueilli en me crachant littéralement à la gueule, et les 3 mêmes jours je suis sorti le soir du bureau pour me faire pisser dessus par des nuages fort malpolis qui en avaient pas grand-chose à foutre que j’aie payé une fortune et ait été forcé de me séparer pour un an de ma douce et tendre (et jolie, et plein d’autres choses) pour venir me la dorer sous le soleil californien chanté par Henry Glover. Nan, que dalle, de la putain de flotte, et à verse par moments, on se serait cru à Brest en novembre. Dire qu’il y a une semaine on a eu la température record enregistrée en Californie du sud depuis des décennies, 117°F, soit 45°C… Je suis pas resté longtemps dehors ce jour là (je bossais, étonnamment, et le week-end suivant j’étais chez moi bien à l’abri grâce à ma super clim’), mais sur le chemin entre la porte du bureau et la voiture, il y a eu une petite bourrasque de vent, et j’ai eu l’impression que quelqu’un venait d’ouvrir la porte du four… pour me souffler à la gueule avec un sèche-cheveux. Quand ça dure pas longtemps, c’est relativement fun, cette sensation de cuire en live, et de commencer à transpirer instantanément quand on sort du bâtiment climatisé ou de la voiture climatisée qui nous maintenait en vie jusqu’ici. J’ose pas imaginer comment ils font, dans d’autres états comme la Floride, quand ils ont des températures de cet ordre de grandeur (un peu inférieures ok, mais l’idée reste la même), mais avec un taux d’humidité 5 fois plus élevé… Je vous raconte pas la fortune que doivent se faire les vendeurs de déodorants et autres ventilos/clim’ dans ces coins là.

A part ça, j’ai toujours la flemme d’uploader les photos prises un peu partout… La plupart le sont déjà, mais il faut encore que j’en récupère quelques-unes à RJ. En attendant, comme la plupart des week-ends ces derniers temps, je suis mort ! Un rythme régulier c’est beaucoup trop crevant, vivement le retour à la vie étudiante et à son absence de rythme. Même si ce retour ne durera que 6 mois avant de disparaître pour toujours… Rien de prévu ce week-end, pour le moment, en tout cas. Et lundi prochain est libre ! En effet, c’est le Columbus day aux US, la célébration du jour du débarquement de Christophe Colomb sur le continent américain. Traduction : un jour de plus pour glander et dormir, et un de moins à bosser pour la semaine qui suit. Que demander de plus !

Publicités
Cet article a été publié dans Ma vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s