Orange versus Cogent, derrière les rideaux

Hello ! Comme annoncé, voici un billet pour parler de l’affrontement entre Orange et Cogent (je présenterai vite fait les deux antagonistes précédemment cités un peu plus loin). Ce que je vais raconter reflète bien l’évolution d’Internet qu’on est en train de vivre, et plus particulièrement ce que certains FAIs veulent faire d’Internet, au détriment des utilisateurs – qui sont relégués au rang de vaches à lait.

Commençons par le commencement : le conflit entre Orange, le fournisseur d’accès à Internet français (appartenant à France Télécom, pour rappel), et Cogent, qui est également un fournisseur d’accès. La particularité de Cogent est d’être un opérateur dit « tier-1 ». Explications.
Physiquement parlant, qu’est-ce qu’Internet ? Ce n’est pas un gros ordi auquel les gens viennent se brancher. Internet, c’est ce qui résulte quand plein de réseaux locaux se branchent entre eux. Chaque FAI – Orange (ex wanadoo), Free, et tous les autres du monde (sauf exceptions, mais passons), ont leur réseau physique à eux : des serveurs de pleins de types différents, remplissant chacun une mission, et tous les câbles qui les relient aux abonnés. Un peu comme une autoroute qui relie plein de villes. Les FAI, pour pouvoir échanger des données entre leurs clients et les clients d’autres FAI, n’ont qu’une possibilité : il faut qu’ils se connectent aux réseaux d’autres FAI. Pour continuer avec les autoroutes, c’est par exemple quand l’A6 et l’A8 se croisent pour que les voitures qui roulent sur l’A6 puissent passer sur l’A8 et vice-versa. Comme pour les autoroutes, il faut donc que les deux FAI aient des serveurs dans un même endroit physique et qu’ils les relient.
Mais c’est pas facile d’être relié physiquement à tous les FAI du monde. C’est pour cela qu’on distingue trois types de FAI : ceux qu’on dit du « tier-1 » sont reliés à tous les autres réseaux de FAI du monde. Ces FAI peuvent joindre directement un abonné du réseau d’un autre FAI, sans intermédiaire. En effet, imaginons trois FAI : A, B et C. A et B sont reliés, B et C aussi. B peut joindre directement n’importe quel client de A et C via ses connexions avec les réseaux en question. En revanche, A et C ne peuvent communiquer que par l’intermédiaire de B ! Ils doivent donc passer des accords dits « de transit » avec B pour que celui-ci laisse passer les données de A vers C et réciproquement. Les FAI du tier-1 n’ont pas besoin de passer d’accords de transit. Les FAI de tier-2 passent des accords de transit avec d’autres FAI, parfois pour atteindre un FAI auquel ils ne sont pas connectés, parfois pour laisser communiquer deux FAI qui ne sont pas liés entre eux. Les FAI de tier-3, eux, ne proposent pas d’accord de transit aux autres FAI (c’est-à-dire qu’ils ne mettent personne en communication à travers leur réseau).
Reprenons. Cogent est un FAI de tier-1. Il est donc relié avec tout le monde, et Orange – par exemple – a des accords d’interconnexion avec Cogent pour que les clients du FAI français puissent avoir accès aux données stockées par des clients d’autres FAIs auxquels Orange n’est pas directement connecté. Ça marche bien depuis des années. Mais Hadopi est passée par là : le téléchargement bittorent est devenu trop « dangereux » pour beaucoup de gens, qui ont alors changé de méthode de téléchargement : maintenant, ils utilisent MegaUpload, par exemple. Mais MegaUpload n’est pas un client d’Orange ! Donc Orange, pour avoir accès aux serveurs de MegaUpload, passe, entre autres… par Cogent. Vous voyez où je veux en venir : avec Hadopi, MegaUpload a beaucoup plus d’utilisateurs en France, et les utilisateurs téléchargent donc plus ; du coup, les accords entre Orange et Cogent deviennent insuffisants. Le problème… c’est qu’Orange refuse de passer un nouvel accord pour augmenter, en gros, le volume de données pouvant être échangé. Résultat : c’est comme si une autoroute avait le même nombre de voies qu’avant, mais avec beaucoup plus d’automobilistes : il y a des bouchons, la circulation ralentit.
Les clients d’Orange ont commencé à se plaindre à MegaUpload, car de leur point de vue, on dirait juste que « le site est lent », puisque le reste d’Internet – accessible par Orange sans passer par Cogent – est toujours aussi rapide. MegaUpload affiche donc un message sur son site à l’attention des cliens d’Orange, qui tient à peu près ce langage : « c’est pas nous, c’est Orange ; plaignez-vous auprès d’eux, et s’ils changent rien, changez de FAI ». MegaUpload se fait de la pub en faisant parler de lui de cette façon. Et Orange n’aime pas cette mauvaise image que lui donne le site de téléchargement, et contre-attaque donc en désignant un responsable : Cogent (et TATA aussi, qui est un autre FAI dans la même situation que Cogent, mais on s’en fiche).
Cogent ne se laisse pas faire, et explique donc ce que j’ai raconté au dessus à propos des « autoroutes bouchées » entre Orange et Cogent, et Orange qui refuse d’augmenter la capacité du lien entre les deux FAI. Pour l’instant, on en est là ; Orange menace de poursuites judiciaires si MegaUpload continue d’afficher ce message à ses utilisateurs, et Cogent a donné quelques interviews pour expliquer ce qu’il se passe derrière les rideaux.
Vous allez me demander – si vous avez lu jusque là ! – « mais qu’est-ce qu’on en a à foutre de cette histoire ? », et laissez moi vous répondre avec une question : pourquoi Orange fait-il cela ? Pourquoi ne pas augmenter le lien avec Cogent ? La réponse est simple : parce que les utilisateurs, tout ce qu’ils voient, c’est que certains sites sont lents et d’autres non. Par exemple, MegaUpload est lent. OrangeUpload, le concurrent (fictif, c’est pour l’explication) de MegaUpload, qui fait la même chose mais en moins bien, est moins bien certes, mais au moins il est rapide. Lequel les utilisateurs vont-ils utiliser ? Ben, le rapide bien sûr. Orange, en effet, est à la fois FAI, c’est-à-dire FOURNISSEUR d’ACCÈS à des contenus, et éditeur de contenus en même temps ! Et là, c’est le drame. Orange va voir les politicens et leur disent : « les utilisateurs regardent trop de vidéos, font trop de trucs qui envoient beaucoup de données sur le réseau, et on arrive pas à suivre : c’est trop cher d’acheter de nouveaux équipements tout le temps. On va tous mourir. La seule solution : laissez-nous « prioriser » le trafic sur notre réseau ». Que veut dire « prioriser » ? Ce que j’ai dit plus haut : Orange analyse ce que vous faites, sur quel site vous surfez, et si ce site appartient à Orange ou paye Orange pour être bien servi, vos surfez à bonne vitesse, sinon Orange vous ralentit volontairement (voire vous coupe). Arbitrairement.

Le fait de ne pas pouvoir faire ça, le fait pour un FAI de devoir servir l’intégralité d’Internet sur un pied d’égalité, sans modifier quoi que ce soit, s’appelle la Neutralité du Net. C’est ce qui permet à un petit site de se faire connaître parce qu’il innove, parce qu’il fait mieux que les grands sites concurrents ; et petit à petit le petit site devient gros, plus gros que ses anciens concurrents. C’est comme ça qu’Internet avance, progresse et innove : les petits peuvent devenir gros. Mais le rêve des FAI est faire payer aux sites le droit d’avoir accès à leurs clients, et en revanche laisser leurs sites à eux accéder aux gens gratuitement. « Il y a Internet, et internet par Orange« , dit la pub. Et ben Internet par Orange, c’est une version tronquée d’Internet, où Orange décide de qui a le droit de servir ses clients correctement. Problème : les petits sites n’ont pas les moyens de payer. Et ils se retrouvent donc dans l’impossibilité de se faire connaître et de grandir, puisqu’ils sont bridés par les FAI et n’ont pas de quoi payer le droit d’entrée.
Cette histoire avec MegaUpload est un symptôme de cette politique de lobbying menée par Orange et d’autres FAI en France et dans d’autres pays contre la neutralité du net, qui est fortement menacée de mort imminente. Cogent déclare n’utiliser que 20% de la capacité de ses « tuyaux », mais ça Orange ne le dit pas ! L’important n’est pas de dire la vérité – à savoir qu’Internet se porte très bien et qu’Orange présente une réalité déformée qui l’arrange – mais de dire des âneries qui font croire aux politiciens qu’il faut les aider et mettre fin à la Neutralité du Net. Ce genre de magouilles s’appelle du lobbying, et est normalement contrebalancé par des analyses de gens indépendants ; malheureusement, quand il s’agit de choses informatiques et/ou liées à Internet, notre gouvernement actuel n’en a rien à secouer (au contraire même, s’il y a une occasion de taper dessus, ils la saisissent), et le sujet est « beaucoup trop technique » pour que nos chers représentants (députés, etc) y comprennent quoi que ce soit, ou même ne se renseignent un peu. Du coup les énormités s’enchaînent dans l’indifférente et l’impunité totales.

Il est important que ce genre de choses se sachent, parce que les clients sont manipulés éhontément par les FAI du genre d’Orange, qui prétendent faire ce qu’ils font pour fournir un meilleur service. Personnellement, j’aime pas trop l’idée de me faire arnaquer et que l’arnaqueur me dise avec un grand sourire « merci qui ? ». La Neutralité du Net est importante, mais elle est menacée en France comme aux USA, en Angleterre… sans elle, les grandes compagnies d’Internet actuelles assoieront leur position dominante et deviendront virtuellement intouchables, sauf par les autres grandes compagnies. L’innovation ne sera plus rentable. Et Internet ne sera plus qu’un minitel en couleur. Voilà ce qu’Orange veut pour nous demain !

Publicités
Cet article a été publié dans Internet, Libertés contre lobbys. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Orange versus Cogent, derrière les rideaux

  1. y3ty dit :

    Tu prends des raccourcis un peu rapide (malheureusement). Tu commence ton article en résumant assez bien puis tu lance directement la pierre à Orange. En réalité, ce n’est pas si simple, en effet le problème est de payer pour augmenter la taille de « l’échangeur d’autoroute » entre Orange/FT et Cogen et tu sous-entends que c’est Orange qui doit payer.
    Cependant nous pourrions imaginer que justement comme Megaupload engendre plein de nouveaux « clients » c’est à eux de s’arranger pour augmenter leur capacité de transit avec tous les FAI qui n’ont pas un lien assez gros. En effet, les FAI ont les abonnés, Megaupload veux des abonnés…
    Je ne sais pas quelle est la bonne démarche, mais ce n’est pas si simple pour augmenter la capacité de transit, ce n’est ni à l’un de tout payer, ni à l’autre…

    Ensuite, je ne suis pas spécialiste mais il y a un autre problème assez bien décrit par Bortzmeyer, tu l’aborde d’ailleurs un peu c’est le problème de consommateur/producteur. Normalement sur internet il devrait y avoir autant de trafic qui « sort » d’un FAI que de trafic qui « rentre ». Tout le trafic échangé est calculé sur les points de peering et ensuite on sait qui doit quoi à qui…
    En générale ça s’équilibre à peu près. Avec des site comme Megaupload qui concentre beaucoup de contenu (producteur) cela pose un problème puisque les FAI vont télécharger beaucoup vers le « producteur » et le réseaux de ce « producteur » en télécharge pas beaucoup sur les réseaux des FAI donc ça ne s’équilibre pas et ca coûte encore une fois chère…
    C’est par exemple pour cela que beaucoup de FAI ont leur miroirs de distributions Linux et de logiciels Libre. Cela économise du trafic au point de peering et si des utilisateurs d’un FAI viennent télécharger des distributions chez un autre FAI c’est toujours ça à déduire/ajouter au point de peering.

    Je ne suis bien entendu pas un expert, je ne connais pas toutes les contraintes, ma réflexion n’est peut être pas juste, mais je pense que l’on comprend les problèmes… C’est assez mitigé… Chacun doit y mettre du sien.

  2. jdinnocenti dit :

    En effet, mon but étant d’amener le sujet de la neutralité du réseau, je me contente de montrer les torts d’Orange dans l’histoire. D’où certains raccourcis rapides.
    L’article de Bortzmeyer montre une situation assez proche de celle d’Orange et Cogent ; mais il arrive également à la même conclusion que moi : Comcast étranglerait (peut-être) son réseau et râle pour favoriser son offre de télé par câble. Que Level3 voie midi à sa porte est évident, mais ce n’est pas « leur faute » si leur client consomme une grosse bande passante, au moins dans ce cas là.
    Après, en effet MegaUpload aussi pourrait chercher de son côté à augmenter leur capacité de transit avec Orange (par exemple) en liant des serveurs à d’autres FAI par exemple, ce qu’ils n’ont aucun intérêt à faire : si c’est lent, les gens auront plus tendance à payer pour un compte premium/un « débrideur » de téléchargement/un autre produit de la constellation de trucs payants autour de MegaUpload. Je reconnais que j’ai pas précisé dans l’article que MegaUpload est loin, très loin de n’être qu’une pauvre victime dans l’histoire. Cogent, en revanche – à mon sens -, s’est juste fait désigner par Orange comme responsable de la situation quand ils ont contre-attaqué face aux accusations de MegaUpload, et ont réagi en présentant la moitié de la vérité qui les arrange : celle qui pourrait pousser Orange à payer pour un plus gros accord de peering. S’ils attaquaient aussi leur client, ce serait anti-business 😉 ; mais ça n’empêche pas que ce que ça révèle du comportement d’Orange soit valable.

    Après, je suis pas un expert non plus ; j’ai juste lu pas mal de trucs par-ci par-là et j’en ai fait une rapide synthèse qui vise des gens n’ayant pas de connaissances techniques – et les miennes sont modestes également. Mon opinion vaut ce qu’elle vaut. Merci de donner ton avis en tout cas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s